Top 10 des plus gros fail d’Apple | Certideal

0
720
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Aucun avis enregistrés)
Loading...

Top 10 des plus gros fails d’Apple | Certideal

Les Plus gros fails d’Apple

Apple n’a pas connu que des succès. En effet, la marque californienne a connu plusieurs échecs depuis sa création en 1976.  Quels sont les plus gros fails de la marque Apple ? Certideal, le spécialiste des smartphones reconditionnés vous dit tout dans cet article.

1 ) Apple III (1980-1981)

Voici le premier ordinateur portable Apple qui n’a pas été conçu par Steve Wozniak, je vous présente le Apple III.

Au programme, une machine très buggée, une carte mère qui chauffe très rapidement et des plantages fréquents. De plus, si vous débranchez un composant de sa place d’origine, cela peut entrainer de graves problèmes dans le système. En d’autre termes, il est très facile de griller l’appareil. Durée de commercialisation : 1 an.

2)    Apple Lisa (1983-1985)

Apple a commencé à connaître un succès à partir de 1984 avec le Macintosh. En 1983, Apple lança l’ordinateur Lisa. C’était une machine destinée aux entreprises vendue 9 995$ à l’époque.

Parmi les gros défauts de Lisa, on peut noter le prix excessivement cher. Apple n’est pas habitué à vendre des ordinateurs aussi chers. De plus, cet ordinateur était trop lent et des rumeurs se répandaient à propos d’un « petit Lisa » qui allait sortir, à savoir, le Macintosh. De quoi freiner considérablement les ventes.

Apple a dû revoir cette série en proposant une version moins chère et sans logiciels fournis puis a dû retravailler sur le modèle en proposant Lisa 2, deux fois plus rapide. Mais toujours pas de succès, que le Macintosh se vendait parallèlement à la deuxième version.

Les milliers de Lisa et Lisa 2 invendus sont rachetés par l’entreprise Sun Remarketing qui travaille avec Apple pour transformer ces ordinateurs en Macintosh pour les revendre par la suite, puis finira par enterrer les 2700 derniers exemplaires dans un champ.

3)    Le Macintosh portable (1989-1991)

Voici une idée révolutionnaire ! Faire tenir le Mac dans une mallette d’homme d’affaires. Le résultat est sans appel, il est considérablement réduit, mais son poids de 7.2 kilos se rapproche plus des altères de salle de musculation que d’un produit facilement transportable. Sans compter le prix de 6 500$. Essayez donc de vous promener avec un produit à ce prix-là dans la rue.

Il aura fallu attendre deux ans plus tard, en 1991 pour qu’Apple commercialise un ordinateur portable de 2.3 kilos, le Powerbook !

4)    Newton (1993-1998)

Voici le Newton, le grand-père de l’iPad et de l’iPhone sorti en 1993. Il a été pensé comme un Mac avec une taille se rapprochant de la feuille A5. C’est un simple assistant personnel (Hey Siri) avec reconnaissance de l’écriture manuscrite, qui ne fonctionne pas correctement. Malgré de multiples mises à jour matérielles et logicielles au fil du temps, rien n’y fait, c’est un échec total puisqu’il a été arrêté 5 ans plus tard, en 1998.

5)    QuickTake (1994-1997)

Que diriez-vous d’un appareil photo numérique signé Apple ? Voici le QuickTake sorti en 1994.
La première version ne pouvait stocker que 8 photos, sans extension de mémoire, avec 0.3 mégapixels et l’appareil ne pouvait être branché que sur un Mac. Malgré la compatibilité avec Windows qui arriva par la suite, ce produit fût un réel échec.

6)    Pippin (1995-1996)

Amateur de jeux vidéo ? Arrêtez tout, voici la Pippin !

C’est en 1995, au Japon que la firme a décidé de commercialiser sa première console de jeux-vidéos en partenariat avec Bandai. Elle dispose d »un lecteur de CD-ROM, d’une palette graphique pour dessiner (en option) et souhaiterait gentiment défier sa concurrente de l’époque, la Playstation de Sony.

Suite à l’échec au Japon, c’est au Etats-Unis que cette dernière fût lancée, puis nulle part ailleurs puisqu’elle ne sera jamais commercialisée dans d’autres pays. 2 ans plus tard, en 1997, Steve Jobs arrête le massacre et retire cette console du marché.

Depuis, Apple s’est clairement rattrapé avec les jeux sur iPhone et iPad qui sont devenus incontournables.

7)    TAM : Twentieth Anniversary Macintosh (1996-1997)

Les plus bilingues d’entre vous l’auront compris grâce au titre, c’est le Macintosh du 20ème anniversaire d’Apple en 1997 ! Autant le fêter dignement avec une édition spéciale du Macintosh. Voici le TAM au design futuriste. Il a tout pour plaire au niveau du design, il est en effet en avance sur son temps, mais d’un point de vue performances techniques, ça coince un peu.

Et ce n’est pas tout ! parlons de son prix. Pour 10 000$ avec livraison possible en limousine (vous avez bien lu), ce produit ne vise clairement pas le grand public. Malgré une baisse de prix à plusieurs reprises, seul 12 000 exemplaires furent vendus dans le monde.

8)    La souris « Hockey Puck » (1998-2000)

Souvent comparée à un palet de hockey, la conception de cette souris a attiré l’attention, du mauvais côté. Sa petite taille la rendait difficile à saisir et sa forme arrondie la rendait difficile à orienter. Sortie en 1998, elle fût abandonnée 2 ans après.

9)    L’iPod U2 (2004-2004)

Dans le cadre d’un partenariat avec le groupe U2 en 2004, Apple a créé un iPod de la marque U2 avec un single « Vertigo » offert exclusivement via l’iTunes Store. La firme a aussi créé le tout premier coffret numérique mettant en avant tous les albums de U2.

L’iPod n’a clairement pas été un succès. Son prix de lancement était 50$ plus élevé que le modèle blanc et chromé identique. On peut penser que pour des fans, 50$ ce n’est rien pour avoir la mention de votre groupe favori et leurs signatures gravées à l’arrière de l’appareil, mais les fans n’étaient apparemment pas au rendez-vous. Mauvais choix de partenariat ?

10)    PING (2010-2012)

Qui se souvient de Ping ? Personne bien-sûr. Ce réseau social lancé autour de l’univers musical par Apple aura connu une très courte vie: 2 ans.

Annoncé par Steve Jobs et lancé le 1er septembre 2010, Ping semblait révolutionner le monde de la musique. A cette époque, Twitter et Facebook étaient en train d’exploser à travers le monde et les gens commençaient à s’intéresser aux réseaux sociaux, donc Apple souhaitait surfer sur cette vague.

Le service connecté à iTunes permet de suivre des artistes et de découvrir des musiques, Comme Apple Music aujourd’hui ! Quel était donc le problème à l’époque ?  Le gros bug de cette innovation était une faille ! L’absence de réelle protection contre le spam, de quoi rendre le service très vite HS. Ping a fermé ses portes dans l’anonymat en 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici